Tous les articles par jcharpentier

Récit d’un marathonien en herbe

Ce n’est qu’une course à pied après tout, une de plus, mais quelle course !

Comme c’est la première, on n’a pas l’idée du temps que l’on mettra, 4 h, 5h, 6h ou plus .Faut s’attendre à tout. On en a bien une petite idée dans la tête mais on n’ose pas trop y penser, tout dépendra de la météo, de la forme et du fameux coup de barre qui  arrive au 31 ème km…. c’est le néant.

Nous partons du parc expo en car dès 6 h 30 du matin avec fanfare à l’accueil pour nous réveiller. Les gilets jaunes ne sont pas encore là, tout roule. Dans le bus, il y a que des pros qui ont fait des dizaines de marathons, je suis un peu perdu, court moment de solitude.

Puis un pro m’explique ce qu’il faut faire et ne pas faire ; je prends note si je ne veux pas finir en pantin désarticulé.

Terminus : FLEURIE. Nous défilons sous une haie d’honneur avec drapeaux du monde entier et fumigènes de couleurs et applaudissements. Nous sommes déjà des héros avant d’avoir couru. C’est encourageant…Nous arrivons dans la splendide salle omnisports de FLEURIE qui se remplie progressivement au fur et à mesure de l’arrivée des cars. Il y a des grandes tables couvertes de verre de Fleurié .C’est trop tentant, allez un petit verre pour la route .A 8 heures du matin, j’ai peur d’avoir fait une bêtise, l’avenir  me prouvera le contraire.

Départ à 9 heures. Il ne fait pas chaud et ça commence à descendre. Jusque là tout va bien. La course se poursuit. Ce n’est pas les côtes annoncées soi-disant si terribles qui m’ont gênées, mais plutôt la longueur. Il y a plein d’animations qui distraient mais à la fin c’est long. On essaie de parler à son voisin ou sa voisine si le souffle nous le permet. Conseil : s’arrêter à tous les ravitos, c’est ce que je fais. Je n’ai pas soif : je bois. Je n’ai pas faim : Je mange. Du 32 ème km au 39 ème, j’ai la sensation d’avoir les jambes de PINOCCHIO et ça fait mal. Je ne vais pas faire demi-tour maintenant ce serait dommage..

Enfin l’ambiance de l’arrivée, cela aide beaucoup. https://www.marathondubeaujolais.org/wp-content/uploads/2018/06/arrive%CC%81e-marathon-gaulois.jpg

A 600 m du but, chic, je vais mettre moins de 4heures et demi…. A ce moment-là un bénévole me met  sous le nez un morceau de charolais : c’est trop fort, je craque, je déguste, j’apprécie. J’arrive enfin. Le verdict du chrono tombe : 4 h 31.

Je savais que la gourmandise me perdrait……

Michel

Ça y est, on l’a fait !

Pour la première fois je prends la plume pour partager avec vous cette expérience.

Tout a commencé … il y a 3 ans et demi.
Je venais de finir mon 1er tour des serres. Un premier record personnel … 8 km à 8,5 km/heure, j’avais l’impression d’être Marie-Jo Perec !
Et là mon homme me dit « tu sais, tu devrais venir courir avec le club, c’est super sympa ».
Banco ! je me lance. Continuer la lecture de Ça y est, on l’a fait !

Notre Sainté à Nous !

Je reprends la plume…décidément que d’aventures à raconter en si peu de temps !! Nous avons vécu, Steph G., Steph B, Natalia et moi…une nuit inoubliable….   Une soirée fille très originale que peu de copines peuvent se vanter d’avoir déjà organisée !!!

Tout a commencé par un acte de folie début septembre…poussées par Steph B. qui nous a vendu une « expérience extraordinaire »…. Continuer la lecture de Notre Sainté à Nous !

les sardines de Mionnay

Une belle journée de Juin, une bande de copains, un bout de nappe…et voilà ça dérape !!!

Pour ceux qui n’étaient pas là ce jour-là, et bien tout a commencé chez Steph et Benoît, dans leur ancien chez eux avant qu’ils migrent vers leurs montagnes. On arrosait justement leur départ.

L’ambiance était lancée, on était peut-être un peu éméché…et l’idée a germé…et si

Continuer la lecture de les sardines de Mionnay

L’Ardéchois 57km ou comment un ange m’a donné des ailes.

Nous avions décidé de nous faire une balade ardéchoise de 57 km avec 2400 de D+ fin avril avec Patrice et Jean Pierre. Cette course, je la connais bien maintenant pour l’avoir faite en version 36km sous la pluie et le vent, 57 km sous la pluie, le vent et la neige, 98 km sous le beau temps.

J’ai en tête toutes les difficultés du parcours. Le Trail n’étant pas vraiment ma spécialité, je sais que je vais en baver mais cette fois ci, j’ai quelque chose en plus que les autres années : un ANGE à mes côtés. Continuer la lecture de L’Ardéchois 57km ou comment un ange m’a donné des ailes.

L’ascenseur était en panne

Cela aurait pu être la raison qui nous a poussé à gravir les 28 étages des 110m de la tour Oxygène par ses 622 marches.

Mais en fait c’était plus pour le fun, pour participer à un concept sympa et de plus pour une bonne œuvre, Handicap international.

Donc The Tower run c’est une course qui se déroule dans une tour emblématique de 6 villes à des dates différentes : Lyon Marseille Lille Nantes Bordeaux et pour finir Paris et l’assaut de la tour Eiffel. Continuer la lecture de L’ascenseur était en panne

LA SEILLONNAISE 2016

91 –  c’est le nombre total de kms parcourus par les 7 représentants de la section Courir de l’ASCM à la Seillonnaise 2016 (Jacques, Serge G., Stéphanie G, les 3 Dussauge et moi).

Soit moins qu’un seul de nos extraterrestres partis goûter l’aligot (ou pas ?) du côté de Millau une semaine avant – ça permet de relativiser.

Désolé, les aminches, vos trucs de terroristes de la course à pied, de stakhanovistes de la foulée, de surchauffés de la semelle – pas pour moi. J’en resterai aux amuses gueules, je ne me vois pas dans la peau d’Obélix à l’épreuve du repas aux Jeux Olympiques.

De fait, une fois survécu à la douleur morale d’un réveil dominical à la même heure que la semaine de travail (un p’tit AAAAAARGGH et ça passe), me voici parti une nouvelle fois pour la Seillonnaise, une de mes épreuves préférées, Continuer la lecture de LA SEILLONNAISE 2016